Covid-19 : Les mesures de prévention en entreprise #2/2

Guide de recommandations sanitaires pour la prévention des risques liés au coronavirus COVID-19.

Accompagner la reprise d'activité des PME et TPE en période de crise sanitaire liée au COVID-19

Recommandations, protocoles sanitaires, Covid-19, entreprise, PME, TPE

Mesures de prévention techniques collectives

Pour appuyer les principales mesures d’hygiènes et les gestes barrières que chacun peut appliquer en réponse à la propagation du virus covid-19, cet article présente un tour d’horizon des différentes mesures de prévention que chaque employeur peut mettre en place en entreprise.

  • Fournir des moyens d’hygiène pour se laver très régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou à défaut, avec du gel ou une solution hydroalcoolique.

Organisation des points d’eau :

  • Prévoir la mise en place de points d’eau à disposition du personnel,
  • Equiper les points d’eau avec du savon et des essuies main à usage unique,
  • Utiliser de l’eau froide ou tempérée,
    Se sécher les mains,
  • Ne pas utiliser de produits désinfectants,
  • Appliquer régulièrement une crème hydratante pour les mains.
Se laver les mains, gestes barrières, covid19

Mise à disposition de gel et de solutions hydroalcooliques :

Mettre à disposition du gel hydroalcoolique (flacons distributeurs muraux, flacons de solution hydroalcoolique) pour favoriser l’hygiène des mains.

  • A l’entrée des bâtiments recevant du public,
  • A l’entrée des lieux de travail, les vestiaires, les toilettes et sur chaque poste de travail,
  • Les véhicules,
  • Les engins de chantier.

Organiser et maintenir les règles de distanciation sociale :

  • Mettre en place un marquage au sol pour faire respecter une distance au moins d’1 m minimum (bande adhésive au sol, barrières, organisation des postes de travail).
  • Assurer une distance de sécurité à l’aide de dispositifs spécifiques (interphone, écrans plexiglass…) notamment pour les postes exposés au public.
  • Privilégier les moyens de paiement automatiques : Carte bleu (CB) sans contact, monnayeur de caisse… .
  • Privilégier l’utilisation des caisses automatiques.

Le prêt d’outillage et d’équipements :

  • Organiser la distribution de l’outillage de façon individuelle et systématique sauf en cas de port de gants de travail.
  • Limiter le prêt d’outillage entre collègues de travail,
  • A défaut, désinfecter l’outillage et le matériel après utilisation,
  • Nettoyer régulièrement les surfaces de contact : comptoirs, ordinateurs, claviers, souris, terminaux de paiement électronique (TEP), appareils électroménagers, poignées de porte, …
Outillage, équipements, prévention des risques

Autres équipements divers :

  • Vérifier si les systèmes de ventilation et de climatisation sont en bon état de fonctionnement,
  • Aérer régulièrement les locaux par ouverture des portes et fenêtres pour diminuer la charge virale,
  • Prévoir la mise à disposition de lingettes ménagères, désinfectantes et de produits pour le nettoyage,
  • Assurer la disponibilité de sacs en plastique jetable pour les déchets potentiellement contaminés,
  • Mettre à la disposition du personnel des gants de protection jetables notamment pour la manipulation, le nettoyage, la désinfection et pour les premiers soins.

Liste des fournitures à prévoir :

  • Désinfectant de type alcool à 70°,
  • Lingettes désinfectantes,
  • Savon liquide,
  • Essuie-mains jetables,
  • Poubelles à pédales,
  • Sacs à déchets en plastique,
  • Gants usuels de travail,
  • Gants jetables (nettoyage/désinfection),
  • Points d’eau en bidon (étiquetée eau de lavage),
  • Gel ou solution hydroalcoolique,
  • Masque de protection Cat.1, Cat.2 ou FFP1,
  • Masques chirurgicaux en cas de symptôme

Les équipements de protection individuelle (E.P.I)

Mise à disposition du personnel des masques chirurgicaux type I ou II

Le masque chirurgical est un dispositif médical (norme EN 14683). Il permet d’éviter les projections de gouttelettes émises par celui qui porte le masque vers l’entourage. Il protège également celui qui le porte mais ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air. On distingue trois types de masques :

  • Type I : efficacité de filtration bactérienne > 95 %.
  • Type II : efficacité de filtration bactérienne > 98 %.
  • Type IIR : efficacité de filtration bactérienne > 98 % et résistant aux éclaboussures.

Les masques chirurgicaux ou masques FFP2 ont été réquisitionnés et réservés aux personnels exposés (ex. soignants).

Masque protection respiratoire FFP1, FFP2

Mise à disposition du personnel des masques de protection FFP1 ou FFP2 :

Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il permet de se protéger contre l’inhalation de gouttelettes et des particules en suspension dans l’air qui pourraient contenir des agents infectieux. Ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical. Il existe trois catégories de masques FFP :

  • Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).
  • Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).
  • Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 2 %).

Mise à disposition du personnel des masques alternatifs dits « masques barrières » à usage non sanitaire :

La note DGS/DGE/DGT du 29 mars 2020 du ministère des solidarités et de la santé, de l’économie et des finances et du ministère du travail précise deux types de masques :

  • Des masques alternatifs individuels à usage des professionnels exposés au public (cat 1). Ces masques ont une capacité de filtration pour des particules > 3µm émises par le porteur > 90%. (Norme NF EN 149 ou Norme AFNOR « Masques Barrières »).
  • D’autres type des masques alternatifs pour un usage en collectivité permettent d’assurer une protection des collègues ou des tiers évoluant dans l’environnement immédiat de travail.

Ces masques sont destinés aux personnes qui travaillent dans le milieu professionnel ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes. Ces masques sont des masques de protection à visée collective pour protéger l’ensemble d’un groupe portant ces masques (cat.2).

Ils ont une capacité de filtration pour des particules > 3µm émises par le porteur > 70%. Norme NF EN 149 ou Norme AFNOR « Masques Barrières »

Pour éviter les erreurs de manipulation, éviter de toucher l’avant du masque y compris lors du retrait, et penser à se laver les mains ou réaliser une friction hydroalcoolique avant de le mettre et après l’avoir retiré.

  • En début de poste,
  • Toutes les 2 heures maximum,
  • Après manipulation ou contact avec des personnes avec objets manipulés
  • Avant de boire, manger ou fumer

Autres équipements de protection individuelle :

Le port de gants est possible mais non nécessaire car des précautions sont à prendre :

  • Ne pas se porter les mains gantées au visage.
  • Ôter ses gants en faisant attention de ne pas toucher sa peau avec la partie extérieure du gant.
  • Jeter ses gants dans une poubelle après chaque utilisation.
  • Se laver les mains systématiquement après usage
    A défaut, réaliser une friction hydroalcoolique après avoir ôté ses gants.

Mettre à disposition des blouses de protection si nécessaire

Pour les activités qui impliquent des agents biologiques pathogènes, l’employeur :

  • Fournit aux travailleurs des moyens de protection individuelle, notamment des vêtements de protection appropriés,
  • Veille à ce que les moyens de protection individuelle soient enlevés lorsque le travailleur quitte le lieu de travail,
  • Fait en sorte, lorsqu’ils sont réutilisables, que les moyens de protection individuelle soient rangés dans un endroit spécifique, nettoyés, désinfectés et vérifiés avant et après chaque utilisation et, s’il y a lieu, réparés ou remplacés,
  • Met à la disposition des travailleurs des installations sanitaires appropriées, un dispositif de lavage oculaire et des antiseptiques pour la peau ainsi que, s’il y a lieu, des collyres prescrits par le médecin du travail.

(Art. R4422-1 du code du travail)

Les mesures organisationnelles

Distanciation sociale, Gestes barrières, Covid19

Mesures de distanciation sociale :

  • Limiter autant que possible la coactivité en limitant le nombre de personnes présentes simultanément sur le lieu de travail ou dans un même local (par exemple par la mise en place d’horaires décalés),
  • Organiser le télétravail pour tous les postes qui le permettent,
  • Limiter les contacts physiques rapprochés entre les personnes présentes au sein d’une entreprise (salariés, public, intervenants extérieurs). Faire respecter une distance au moins égale à 1m entre les personnes.
  • Eviter les contacts prolongés de plus de 15 minutes,
  • Réfléchir et définir un plan de circulation pour le respect de la distanciation sociale,
  • Favoriser la communication par courrier électronique, téléphone, audioconférence ou visioconférence.
  • Enlever les revues et les documents des aires d’attente ou des salles communes,
  • Organiser la réception des matériaux, matériels et équipements de façon à éviter les contacts physiques (par exemple déposer la marchandise sur une surface ou le client peut la récupérer, plutôt que de donner le produit « de la main à la main »).
  • Limiter le nombre de visiteurs ou clients et organiser les files d’attente.
  • Eviter les réunions et les rassemblements de personnes dans des espaces réduits,
  • Limiter l’accès aux espaces collectifs et de convivialité (lieux de pauses collectives, réfectoire, salles de réunion, vestiaires, …). Organiser les ordres de passage dans les espaces collectifs (décalage de poste, etc…).
  • Privilégier les bureaux individuels en répartissant les salariés présents,
  • Favoriser les réunions à l’air libre.

Aération des pièces et des locaux :

  • Aérer régulièrement les lieux de travail par ouverture des portes et fenêtres,
  • Ne pas obstruer les entrées d’air, ni les bouches d’extraction,
  • Pour les bâtiments équipés d’un système de ventilation mécanique simple flux ou double flux, maintenir la ventilation et fermer les portes,
  • Dans le cas des bâtiments équipés d’une centrale de traitement d’air, maintenir de l’apport d’air extérieur et arrêter si possible le recyclage.

Organisation aux postes de travail :

  • Limiter les déplacements et prévoir une arrivée directement sur le poste de travail en étant au préalable déjà équipé en équipements de protection individuelle.
  • Imposer le lavage de main systématique avant tout accès au poste de travail et dans les espaces collectifs,
  • Mettre à la disposition du personnel des solutions hydroalcooliques, notamment si l’accès aux installations sanitaires n’est pas possible (coursiers, personnel en déplacement ponctuel),
  • Avant chaque prise de poste, vérifier au préalable les conditions d’intervention pour permettre de respecter les mesures sanitaires ainsi que la mise en place effective des modes opératoires à l’aide d’une checklist et/ou d’un questionnaire de santé destiné aux personnes intervenantes,
  • Discuter et adapter, au début de chaque prise de poste lors d’une réunion journalière, l’organisation des travaux.
Distanciation sociale, masque barrière, protocoles sanitaires, Covid-19

A défaut de possibilité de distanciation (<1m), portez des lunettes et un masque « barrière » à usage non sanitaire de cat.1, à défaut un masque FFP1 ou masque chirurgical ou de protection supérieure.
– Désinfecter à l’aide de lingettes désinfectante les lunettes de protection,
– Laver et nettoyer les masques réutilisables.
– Jeter et évacuer les masques jetables et les consommables utilisés et souillés dans un sac en plastique fermé en fin d’intervention.

Logistique, stockage

Logistique et lieux de stockage :

  • Optimiser la mise à disposition de matériel et de fourniture pour réduire au minimum les déplacements vers les lieux de stockage ou les dépôts,
  • Prévoir le stockage pour plusieurs jours à proximité des lieux d’utilisation ou dans les véhicules. Le cas échéant, organiser une logistique centralisée.

Nettoyage et désinfection :

  • Limiter le risque de contact avec des surfaces potentiellement contaminées,
  • Prévoir le nettoyage fréquent et régulier, au moyen de désinfectant, des surfaces de contact et de manipulation (nettoyage des claviers, souris, téléphones, terminaux de paiement, espaces de convivialité, rampes d’escalier, poignées de portes, boutons d’ascenseurs, appareils électroménagers, …),
  • Nettoyage régulier des sols à minima tous les jours,
Nettoyage et désinfection, virus
  • Les produits de nettoyages habituels peuvent convenir puisque le SARS-CoV-2 est entouré d’une enveloppe de lipides facilement dégradés par les tensioactifs contenus dans les savons, les dégraissants, les détergents et les détachants,
  • Dans les bureaux partagés, des lingettes ménagères ou des produits compatibles avec les surfaces nettoyées peuvent être mis à disposition des utilisateurs,
  • Assurer le ramassage régulier des poubelles.

Gestion des déchets potentiellement contaminés :

Mettre leurs mouchoirs à usage unique et autres textiles sanitaires potentiellement contaminés ainsi que les masques chirurgicaux dans un sac en plastique à part et bien fermé et mis avec les ordures ménagères résiduelles, elles-mêmes placées dans un second sac bien fermé.

Stockez ce double sac de déchets contaminés à votre domicile durant 24 heures. Le respect de ce délai permet de réduire fortement la viabilité du virus sur des matières poreuses.

Logistique, stockage

Passé ce délai de 24 heures, vous pouvez alors éliminer le double sac avec les ordures ménagères.

Vérifications périodiques :

Vérifier plusieurs fois par jour l’approvisionnement des distributeurs de gel, savon, etc….
Vérifier régulièrement la disponibilité du matériel nécessaires dans les trousses de secours.

Les mesures administratives

  • Afficher les consignes générales d’hygiène et de respect des gestes barrières,
  • Afficher la consigne nettoyage des mains,
  • Afficher la consigne relative au port du masque,
  • Signaler la position des points d’eau et lavabo en arrivant sur site,
  • Etablir un protocole sanitaire pour l’accès des visiteurs et des clients,
  • Définir si besoin, un plan de circulation permettant de respecter la distanciation sociale,
  • Etablir et afficher la consigne pour la prise en charge des cas symptomatique COVID-19.

Formation et Information des salariés

L’employeur est tenu à une obligation de sécurité et de protection de la santé envers ses salariés. Il doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé de son personnel : actions de prévention, actions d’information et de formation, mise en place d’une organisation et de moyens adaptés (art. L. 4121-1 du code du travail). 

  • Former le personnel sur les consignes générales d’hygiène, les gestes barrières à respecter et les mesures de protection sanitaire à suivre pour limiter la propagation du virus.
  • Organiser des réunions quotidiennes ou 1/4 heure sécurité pour faire un point quotidien sur le suivi des mesures sanitaires mises en œuvre et prévoir les actions correctives correspondantes.
  • Informer les membres du CSE et les représentants du personnel.
  • Informer le personnel Sauveteur Secouriste du Travail (SST) de la conduite à tenir pour porter secours à une personne atteinte de symptômes liés au virus COVID-19.
Formation, sensibilisation, risques sanitaires, Evaluation de risque, démarche de prévention

Cas des véhicules partagés et des engins

  • Prévoir la désinfection systématique des surfaces de contact entre les utilisateurs (volants, levier de vitesse, boutons de commande, poignées de porte, …).
  • Mettre à la disposition du personnel des lingettes désinfectantes et une solution de gel hydroalcoolique.
  • Délivrer aux conducteurs les justificatifs de déplacements professionnels pour leur permettre de se déplacer sans avoir besoin d’une attestation de déplacement dérogatoire.
  • A défaut remplir une attestation de déplacement dérogatoire en cochant le motif de déplacement professionnel.
  • Privilégier les modes de transports individuels.

Restauration au travail

  • Dans les secteurs où celle-ci doit être maintenue, organiser la restauration d’entreprise en élargissant la plage horaire d’ouverture, en laissant plus d’un mètre de distance entre les places à table.
  • Mettre en place des alternatives à la restauration collectives, livraison à domicile, etc….
Formation, sensibilisation, risques sanitaires, Evaluation de risque, démarche de prévention

Cas des activités sous-traitées

Pour les interventions d’entreprises extérieures :

  • Mettre à jour, au préalable, le plan de prévention pour définir les mesures de prévention à mettre en place et coordonner les modes opératoires, ainsi que le respect des protocoles sanitaires.

Grands déplacements – interventions personnels extérieurs

  • Vérifier la présence de chambre individuelles et possibilité de restauration,
  • Limiter les déplacements du personnel non indispensable,
  • Ne pas faire intervenir les stagiaires, alternants, apprentis sur les chantiers ou ateliers,
  • Continuer à assurer à distance la formation sans rompre le contrat de travail.

Checklist et diagnostic à la prise de poste

Afin d’éviter toute contamination par une personne potentiellement porteuse du virus, un diagnostic peut être effectué pour évaluer l’état de santé dès l’arrivée sur le lieu de travail, avant la prise de poste.

Pour conserver le secret médical, ce questionnaire ne doit pas faire l’objet d’un enregistrement. La démarche a simplement pour vocation d’identifier les cas symptomatiques pour isoler la personne et permettre une prise en charge adéquate. Vous pouvez donc poser au personnel quelques questions sur son état de santé :

  • Présence de fièvre ces derniers jours (température, frissons, sueurs, …),
  • Présence de courbatures,
  • Existence d’une toux inhabituelle,
  • Perte ou non de goût ou d’odorat,
  • Existence d’un mal à la gorge,
  • Présence de troubles digestifs ou de diarrhée,
  • Une fatigue habituelle,
  • Une difficulté à l’effort ou un manque de souffle inhabituel.

Il est aussi possible de prévoir une prise de température à l’arrivée sur les lieux de travail sur la base du volontariat du personnel. L’employeur doit s’abstenir de collecter de manière systématique et généralisée, au travers d’enquêtes et demandes individuelles, des informations relatives à la recherche d’éventuels symptômes présentés par un employé afin de respecter les règles de protection des données personnelles.

Guide de recommandations sanitaires pour la prévention des risques liés au coronavirus COVID-19.

Accompagner la reprise d'activité des PME et TPE en période de crise sanitaire liée au COVID-19

Recommandations, protocoles sanitaires, Covid-19, entreprise, PME, TPE